14-18 : la mémoire du Centre Hospitalier de Guéret

Le Centre hospitalier de Guéret déploya une mission d’Hôpital militaire jusque dans les années 1950. Il fût donc acteur durant les deux grandes guerres et plus particulièrement durant la Première Guerre mondiale, comme nous l’enseigne l’examen des registres d’admission conservés aux Archives départementales*.

La lecture de ces documents nous apprend que l’hôpital de l’époque a reçu pendant la guerre de 1914-1918 plusieurs milliers de blessés (plus de 4 000) originaires de toute la France mais surtout de Creuse et de Haute-Vienne et bien sûr en grand nombre du Nord, du Pas-de-Calais et de la Seine.

On soignait alors principalement la scarlatine, la pneumonie, la tuberculose ou encore des angines, des bronchites ainsi que de nombreux cas de rhumatisme. Les blessures étaient plus rares et concernait des plaies par balle, des amputations et des éclats d’obus. On signalait aussi quelques cas de folie : « débilité générale », « idiotie », « aliénation ».

Tous les grades militaires se côtoyaient dans les services, même si la majorité des blessés étaient des hommes de troupe. De même, les différents corps de métiers de l’armée y étaient représentés (ouvriers, brancardiers, médecins ou encore pharmaciens).

Ces soldats provenaient majoritairement de l’Infanterie. Cependant, on retrouve aussi un nombre variés de régiment et de section : Artillerie, Génie, Hussards, Trains et équipages, Etat-major, Chasseurs, Zouaves, Commis et ouvriers etc…      

Parmi les cas plus particuliers, on notera le passage de soldats russes du camp de La Courtine, de travailleurs italiens, d’infirmiers militaires Vietnamien et d’une infirmière, seule femme parmi tous ces soldats

Au vu du type de pathologie majoritaire (maladies) et s’agissant du nombre bas de décès (quelques dizaines), il apparait clairement que l’Hôpital de Guéret était un « hôpital de l’arrière » (loin des zones de combat) pour les patients les moins fragiles, une étape de quelques jours ou quelques semaines avant de repartir vers le front.

 

*Le 8Hdépôt est soumis à des restrictions de communication